next up previous contents index
suivant: 6.4 Comment installer Linux chez soi monter: 6. Pour en savoir plus précédent: 6.2 Concepts avancés de UNIX   Table des matières   Index

Sous-sections


6.3 Comment travailler de chez soi

6.3.1 Préalables

Avant de pouvoir travailler de chez vous, vous devez disposer d'un moyen de transférer de l'information depuis l'université vers la maison et vice versa. Si vous disposez d'un accès Internet par l'intermédiaire d'un fournisseur tiers (ligne téléphonique ou haute vitesse), un canal de communication est déjà présent. Il devient alors possible de vous brancher sur le réseau du DIRO pour travailler à distance, consulter votre courrier électronique ou transférer des fichiers. Sans accès Internet, grâce à un modem téléphonique, il est possible de se brancher sur le réseau de l'université par le biais de Umnet. Sans modem téléphonique ni accès Internet, seul le transfert par disquettes et par stockage usb demeure possible.

Quelques logiciels peuvent s'avérer d'une grande utilité lors du travail sous Windows. Les éditeurs VI et Emacs sont disponibles pour cette plate-forme, ce qui vous permettra de profiter de leur puissance même depuis chez vous.


link
URL
La page Web de GNU Emacs vous permettra d'obtenir une version pour Windows
http://www.gnu.org/software/emacs/emacs.html


link
URL
XEmacs constitue une intéressante alternative à GNU Emacs, car il contient un plus grand nombre de packages, dont AuC-TEX très utile à la rédaction de documents LATEX.
http://www.xemacs.org


link
URL
GhostScript/GSView vous permettront d'ouvrir et imprimer des fichiers PostScript. Certains professeurs fournissent les énoncés des travaux pratiques et les notes de cours dans ce format, il est donc bon de pouvoir le lire.
http://www.cs.wisc.edu/~ghost


6.3.2 Se connecter via SSH

Par le biais de l'Internet, vous pouvez obtenir une fenêtre de terminal distante. Grâce à cette console, vous pouvez travailler sur votre compte comme si vous vous trouviez sur le campus universitaire, à quelques restrictions près. Il est possible d'y taper des commandes Linux, compiler et exécuter des applications et consulter son courriel. Les commandes tapées sont acheminées au serveur du DIRO et exécutées sur ce serveur et non pas sur votre propre machine. La fenêtre de terminal est analogue à une fenêtre de terminal ouverte sur un poste du campus. Malheureusement, les applications en mode graphique, telles que le navigateur Internet ou les applets Java ne s'afficheront pas en tant que fenêtres sur votre ordinateur (à moins d'activer le protocole X, voir section 6.3.3).

La machine à laquelle vous vous connecterez est frontal.iro.umontreal.ca (voir section 5.3.2).

Le protocole SSH (Secure SHell) offre un cryptage des informations transmises, ce qui maximise la confidentialité de vos données, incluant votre mot de passe. Sous Windows, un client SSH n'est pas livré en standard, mais il existe plusieurs logiciels permettant de remplir cette fonction. Notre logiciel favori se nomme PuTTY et se présente sous la forme d'un simple exécutable, sans programme d'installation.

link
URL
Page de PuTTY, un excellent logiciel de connexion SSH
http://www.chiark.greenend.org.uk/~sgtatham/putty/

Après avoir téléchargé gratuitement PuTTY, vous pouvez immédiatement le démarrer en exécutant putty.exe, ce qui ouvrira une fenêtre de configuration semblable à la figure 6.1.

Puisque le réseau du Diro utilise l'encodage UTF-8, il faut aller dans le menu du gauche sur Translation, puis changer ISO-8859-... par UTF-8. Ensuite, sélectionnez Session dans le menu de gauche (retourne à l'écran initial).

putty
Fig. 6.1 Fenêtre de branchement de PuTTY

Dans la liste de gauche de la fenêtre, sélectionnez SSH puis activez le bouton 2 pour indiquer à PuTTY d'utiliser la version 2 de SSH. Retournez à la section Session et tapez le nom du serveur dans le champ Host Name. Indiquez SSH comme protocole de connexion et cliquez sur le bouton Open. PuTTY offre également une foule d'autres options ainsi que la possibilité de sauvegarder les réglages effectués dans des profils pour un usage ultérieur. Au premier branchement, comme dans la figure 6.2, PuTTY vous indiquera que le serveur n'a pas pu être authentifié.

puttyauth
Fig. 6.2 Première connexion à un serveur via SSH

Cliquez sur Oui pour mémoriser la signature cryptographique de ce serveur, ce message ne sera alors plus jamais affiché lors de connexions subséquentes au DIRO. PuTTY affichera alors une fenêtre de texte dans laquelle votre nom d'utilisateur et votre mot de passe vous seront demandés. Lorsque l'authentification est effectuée, vous disposez d'un écran de terminal qui constitue une voie d'accès à votre compte DIRO.


link
URL
Il existe d'autres logiciels permettant d'effectuer la connexion SSH. Ces logiciels ne sont pas tous égaux et gratuits.
http://www.openssh.org/windows.html


6.3.3 Accès à l'interface graphique

En général, lorsqu'il est nécessaire d'accéder à une interface graphique, il vaut mieux travailler en local en raison de la grande quantité d'informations à transférer sur l'Internet. Par exemple, si vous travaillez sur une applet Java, il vaut mieux installer JDK chez vous et transférer les fichiers (voir section 6.3.4) pour compiler et exécuter l'applet sur votre propre système. Il arrive toutefois qu'il soit nécessaire d'accéder à une application Linux qui ne soit pas disponible sur votre système et dans ce cas, il est possible d'afficher l'interface graphique en utilisant la transparence réseau du X Window System.


warning
Attention
Attendez-vous toutefois à un temps de réponse plutôt long, même avec une connexion Internet haute vitesse.


Pour afficher l'interface graphique, votre système doit avant tout être doté d'un serveur X.

Un serveur X constitue un logiciel interprétant un jeu de commandes standardisé et affichant une interface graphique. Par l'intermédiaire de la XLib, une ou plusieurs applications (clients) se connectent au serveur et envoient des requêtes d'affichage et de gestion des fenêtres à ce dernier. Le protocole X est multi-plateforme, ce qui permet de faire tourner un serveur X sur une machine et un client X sur une autre, peu importe si le système d'exploitation et même le processeur des deux machines est différent.


link
URL
Sous Windows, l'interface Graphic Device Interface (GDI) est utilisée plutôt que le protocole X Window System. C'est pourquoi un serveur X n'est pas inclus en standard. WeirdX constitue une excellente solution écrite en Java.
http://www.jcraft.com/weirdx


Avant d'utiliser WeirdX, vous aurez besoin d'une machine virtuelle Java. Internet Explorer est livrée avec une telle machine virtuelle, mais elle ne supporte que JDK 1.1 et ne permet d'utiliser WeirdX que sous forme d'applet.


link
URL
La machine virtuelle Java de référence constitue l'implantation officielle de Sun que vous pouvez télécharger gratuitement.
http://java.sun.com/j2se/downloads.html


WeirdX se présente sous la forme d'un fichier ZIP ou d'une archive TAR compressée. Des logiciels tels que WinZip seront en mesure de la décompacter. Vous pouvez décompresser WeirdX dans un répertoire de votre choix.


link
URL
WinZip, un programme de compression ZIP en mesure de décompresser des archives au format TAR et des fichiers ZIP
http://www.winzip.com


Lorsque WeirdX est décompressé, vous pouvez aller modifier les paramètres dans les fichierconfig/props dans un éditeur de texte de votre choix. Un des paramètres utiles à modifier est weirdx.windowmode. Le mode Rootless permet d'afficher chaque fenêtre X dans une seule et même fenêtre Windows.

Il est possible de démarrer WeirdX en utilisant la commande java com/jcraft/weirdx/WeirdX depuis l'emplacement où WeirdX est installé. Vous pouvez également démarrer le serveur en tant qu'applet dans votre navigateur Internet préféré. Dans ce cas, vous devrez ouvrir le fichier misc/weirdx.html dans le répertoire où est installé WeirdX depuis votre navigateur. Il sera nécessaire d'éditer ce fichier afin que les paramètres de l'applet reflètent ceux trouvés dans config/props.

Après le démarrage de WeirdX, une fenêtre vide s'affichera, le serveur X est alors prêt! Le serveur tourne par défaut sur l'écran 0 de l'affichage 2. Un port de communication TCP a également été ouvert afin de recevoir les requêtes extérieures. Votre serveur X n'accepte pas des connexions de n'importe quelle machine. Ainsi, vous n'aurez pas à craindre qu'un utilisateur mal intentionné n'éprouve l'envie de faire ouvrir une centaine de fenêtre afin de vous bombarder d'informations et faire figer votre système. La liste des serveurs autorisés est donné par le paramètre weirdx.display.acl.

Dans votre client SSH aller activer le X11 forwarding et mettez localhost:2.0 comme serveur X. Dans PuTTY, allez dans SSH et ensuite X11, avant d'établir une connexion (voir figure 6.3).
putty_x11
Fig. 6.3 Activer le "X11 forwarding" et spécifier "localhost:2.0" pour "X display location" dans PuTTY

Établissez ensuite une connexion SSH sur le serveur frontal. Lorsque le réglage est effectué, toute application à interface graphique que vous lancerez depuis votre serveur attitré au DIRO verra son contenu apparaître dans la fenêtre de WeirdX. Le serveur frontal n'a pas besoin d'être dans le weirdx.display.acl puisque SSH fait un tunnel entre le serveur frontal et votre machine. WeirdX voit donc les requêtes comme parvenant de votre propre machine.


info
Information
Il ne faut pas confondre les deux types de serveurs mis en jeu lors de cette connexion. En temps normal, frontal constitue votre serveur et votre machine s'identifie comme un client. Dans le cas de X, votre machine devient un serveur et une application distante constitue un client (voir section 6.2.6).


Sous Linux, un serveur X très complet du nom de XFree86 (ou maintenant Xorg) est livré en standard et peut être utilisé pour afficher des fenêtres distantes. Pour y parvenir, établissez simplement une connexion SSH depuis une fenêtre XTerm ou Konsole. vous pourrez alors démarrer des applications à interface graphique à distance. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez tenter une connexion un peu plus manuelle. Tout d'abord, vous devrez autoriser votre serveur X à afficher des fenêtres sur votre machine. La commande xhost +frontal.iro.umontreal.ca autorisera l'accès depuis frontal. Ensuite, vous devrez établir une connexion SSH et, sur le serveur du DIRO, définir la variable DISPLAY afin qu'elle pointe vers <ip> :0.0. En Pour obtenir un écran de branchement, vous pouvez utiliser la commande X -query <serveur> :1.0. Ce qui démarrera un serveur X sur l'affichage 1.

Une méthode alternative serait d'utiliser le X11 forwarding. Ajouter l'option -X lorsque vous établissez une connexion avec le client ssh. La commande ssh -X frontal.iro.umontreal.ca fera l'affaire.

info
Information
Le X11 forwarding as l'avantage de traverser n'importe quelle passerelle et qu'il ne nécessite pas de définir de permissions pour la machine distante puisque les connexions semble venir de votre propre machine


info
Information
Le protocole SSH permet de rediriger d'autres port TCP comme le port 80 (http). Pour plus d'informations, consulter man ssh pour les arguments -L et -R.



6.3.4 Comment transférer des fichiers

Si vous souhaitez travailler chez vous et que vous avez besoin de transférer des fichiers vers le DIRO, deux solutions s'offrent à vous: sftp ou scp. Depuis peu, l'administration encourage fortement d'utiliser des connexions sécurisées (encryptées) pour vous protéger d'attaques telles que le vol de mot de passe, qui pourrait ensuite servir à compromettre la sécurité du système informatique du département au complet!

Nous avons déjà expliqué l'utilisation de scp dans Linux à la section 4.1.3. Si vous travaillez dans Windows à la maison, il vous est possible d'utiliser ces méthodes de transfert. Plusieurs clients existent pour effectuer les transferts. Nous vous conseillons un programme gratuit, distribué sous la license GPL: WinSCP.

link
URL
Page web de WinSCP, si vous voulez vous le procurer
http://winscp.net/eng/index.php

Dans la fenêtre de transferts de WinSCP, vous avez deux sections. Celle de gauche représente les contenus du premier ordinateur. Celui-ci peut être votre ordinateur (connexion locale) ou un ordinateur distant. La section de droite est la section du deuxième ordinateur qui peut être également une connexion locale ou un hôte distant. Pour vous connecter localement, tapez localhost dans une des deux barres d'adresse. Pour vous connecter à distance, tapez utilisateur@serveur.domaineutilisateur est votre nom d'utilisateur sur la machine; par exemple votre login du DIROsi vous vous connectez au département. Quand à serveur.domaine, c'est le nom de la machine que vous voulez rejoindre. Vous pouvez entrer une adresse DNS ou une adresse IP correspondant à la machine en question. (Par exemple, pour vous brancher au DIRO, vous devez entrer frontal.iro.umontreal.ca)

Pour transférer des fichiers, une fois que vous êtes connecté aux deux hôtes, vous n'avez quà glisser une sélection de fichiers d'un côté à l'autre.

Si vous souhaitez travailler chez vous sans établir une connexion SSH, vous devrez, à un certain moment, transférer votre travail sur votre compte DIRO afin de le remettre. Ce transfert s'effectue alors par FTP. Sous Windows, aucun client FTP n'est installé par défaut (voir la section 4.1.3).

6.3.5 Comment consulter son courrier électronique

Il existe plusieurs façons de consulter son courriel électronique chez soi. La technique la plus simple consiste à établir une connexion SSH vers le DIRO et d'utiliser Pine. Malheureusement, il est difficile de gérer les pièces jointes, car elles doivent être transférées manuellement par FTP vers votre ordinateur domestique pour être consultées. Les messages HTML perdent de leur côté beaucoup de leur richesse. De plus, la connexion SSH est parfois lente et il devient peu convivial de consulter et envoyer du courrier par ce moyen.

Le protocole IMAP permet quant à lui d'utiliser la puissance de votre machine domestique de façon plus optimale en partageant davantage le travail entre le serveur au DIRO et votre système. IMAP s'apparente à POP3, le protocole utilisé par la plupart des fournisseurs d'accès Internet.

Pour utiliser IMAP, vous devrez disposer d'un logiciel de courrier électronique. Sous Windows, le plus courant s'avère sans doute Microsoft Outlook Express. Ce dernier est livré avec Internet Explorer et, à partir de Windows 98, est livré en standard. Il est également possible d'utiliser Mozilla, Thunderbird ou tout autre logiciel de courriel. Sous Linux, Mozilla et Thunderbird sont aussi utilisables. Sylpheed constitue également un très bon choix de logiciel de courrier électronique.


link
URL
Mozilla, navigateur Internet et logiciel de courrier électronique pour Linux et Windows
http://www.mozilla.org


link
URL
Thunderbird, logiciel de courrier électronique pour Linux et Windows
http://www.mozilla.org/products/thunderbird/

link
URL
Sylpheed, logiciel de courrier électronique pour Linux
http://sylpheed.good-day.net


La configuration du courrier électronique dépend du logiciel utilisé. Dans tous les cas, des informations vitales seront nécessaires.

SMTP
Nom du serveur utilisé pour envoyer du courrier électronique. Si vous utilisez smtp.iro.umontreal.ca, vous ne pourrez envoyer du courrier que vers les usagers du DIRO, car toute adresse ne se terminant pas par @iro.umontreal.ca sera rejetée d'office. Ici, vous pouvez utiliser le serveur SMTP de votre fournisseur Internet ou magellan.umontreal.ca.
IMAP
C'est le serveur de courrier entrant, votre boîte aux lettres virtuelle. Utilisez ici imap.iro.umontreal.ca.
Utilisateur
Le nom d'utilisateur à fournir à votre client de courrier électronique constitue votre nom d'usager DIRO qui sera passé au serveur IMAP pour identifier la boîte aux lettres à consulter.
Mot de passe
Il est recommandé de laisser ce champ vide afin que votre logiciel de courrier électronique demande votre mot de passe lors de chaque branchement. Vous pouvez également spécifier votre mot de passe DIRO afin d'automatiser la connexion, mais cela ouvrira une brèche de sécurité, car ce mot de passe sera stocké d'une façon ou d'une autre sur votre disque dur. Bien qu'en théorie il soit impossible à obtenir, une personne mal intentionnée pourrait faire différer la pratique de la théorie.

Si votre logiciel de courrier électronique vous permet de modifier les ports SMTP et IMAP, ne le faites pas dans le cas des serveurs de l'Université de Montréal. Le serveur du DIRO ainsi que Magellan utilisent les ports standards. Vous pouvez ou non activer SSL pour SMTP et IMAP, toutes les autres options SMTP et IMAP devraient demeurer inchangées.

En guise d'exemple, nous allons exposer la procédure de configuration du logiciel Outlook Express. Tout d'abord, démarrez le logiciel. Au premier démarrage, il devrait vous demander de configurer votre courrier électronique. Si tel n'est pas le cas, utilisez le menu Outils pour accéder à l'option Comptes. Dans la boîte de dialogue apparaissant à l'écran, sélectionnez l'onglet Courrier puis cliquez sur Ajouter, puis Courrier.... Les figures 6.4, 6.5, 6.6 et 6.7 montrent les étapes importantes imposée par l'assistant de configuration d'un compte de courrier électronique.

oesetup1
Fig. 6.4 Votre nom complet vous sera demandé.

oesetup2
Fig. 6.5 Votre adresse de courrier électronique vous sera demandée; spécifiez login@IRO.UMontreal.CA

oesetup3
Fig. 6.6 Indiquez que vous utilisez un serveur IMAP et entrez les noms des serveurs IMAP et SMTP.

oesetup4
Fig. 6.7 En guise de nom de compte, entrez votre nom d'usager et décochez la case Mémoriser le mot de passe.

Lorsque la configuration est terminée, activez le menu Outils, options Comptes, si ce n'est déjà fait, et double-cliquez sur le compte nouvellement créé. Les figures 6.8 et 6.9 montrent les onglets importants à modifier.

oesetup5
Fig. 6.8 Sous l'onglet Général, vous pouvez définir votre organisation en tant que l'Université de Montréal.

oesetup6
Fig. 6.9 Sous l'onglet IMAP, décocher Stocker les dossiers spéciaux sur le serveur IMAP afin de stocker les messages envoyés et les brouillons sur votre machine. Si vous laissez cette option cochée, nous recommandons d'indiquer d'utiliser sent-mail et saved-messages plutôt qu'Élements envoyés et Brouillons.

Fermez les propriétés du compte puis la boîte de dialogue des comptes. Le message « Voulez-vous télécharger les dossiers à partir du serveur de messagerie que vous avez ajouté? » sera affiché, répondez Oui et les dossiers IMAP seront téléchargés comme dans la figure 6.10. Outlook Express est désormais prêt à être employé avec votre compte DIRO!

oesetup7
Fig. 6.10 Dossiers IMAP téléchargés

6.3.6 Cygwin, une couche UNIX au-dessus de Windows

Si vous ne souhaitez pas installer Linux, vous pouvez tout de même accéder à un sous-ensemble de ses fonctionnalités grâce au logiciel Cygwin. Le c3#3ur de Cygwin est formé d'un fichier DLL fournissant une implantation des fonctions POSIX au-dessus de Windows, ce qui permet la compilation et l'utilisation de plusieurs applications disponibles sous Linux. Entre autres, vous y trouverez le compilateur GCC, le shell Bash, les commandes find, grep, tar et d'autres encore. Cygwin permet d'utiliser GCC pour compiler la plupart de vos travaux pratiques en C/C++, et cela, de chez vous, sans aucune connexion SSH. Cygwin est également pourvu d'un client SSH (commande ssh).


warning
Attention
Cygwin n'est pas Linux pour Windows! En utilisant Cygwin, vous hériterez des bogues et instabilités inhérentes à Windows. Vous ne pourrez profiter de l'architecture pleinement 32 bits et de l'unique robustesse d'un véritable noyau Linux.


L'installation de Cygwin est très simple, il suffit de télécharger le programme d'installation qui, à son tour, téléchargera les fichiers requis. Vous pouvez aussi exiger de télécharger Cygwin intégralement et l'installer à volonté sur n'importe quel système Windows. Toutefois, vous éprouverez peut-être des problèmes de performance et de stabilité si vous tentez d'utiliser Cygwin sous Windows Me. Cygwin occupera une centaine de méga-octets sur votre disque dur.


link
URL
Cygwin
http://www.cygwin.com


Il existe un petit problème lié à Cygwin, soit la saisie des accents. Pour le surmonter, depuis le shell de Cygwin, tapez cd puis vi .inputrc. Sous VI, tapez [a] puis les lignes suivantes.


 set meta-flag on
set convert-meta off
set output-meta on


Appuyez sur [Esc] puis sur tapez :wq, suivi de [Entrée]. Tapez exit pour quitter Cygwin, redémarrez et tout devrait fonctionner.

Les nouvelles versions de Cygwin sont également livrées avec un portage de XFree86. Pour l'utiliser, tapez simplement /usr/X11R6/bin/startxwin.bat. Il peut être utilisé en lieu et place de WeirdX pour établir une connexion avec interface graphique (voir section 6.3.3).


6.3.7 Magellan

Cette section ne s'adresse qu'à ceux qui ne sont abonnés à aucun fournisseur Internet privé. Avec un tel fournisseur, il est plus aisé d'accéder au réseau avec un navigateur Web, un logiciel SSH et un logiciel FTP. Une connexion au parc de modems peut également dépanner en cas de panne de votre fournisseur à un moment critique.

Magellan constitue un service de la DGTIC de l'Université de Montréal et non un service du DIRO. Il offre la possibilité de vous brancher au réseau universitaire par modem et d'obtenir une adresse de courrier électronique.


link
URL
Site de la Direction générale des technologies de l'information et de la communication (DGTIC)
http://www.dgtic.umontreal.ca


Pour accéder à Magellan, vous devrez ouvrir un compte sur le système en utilisant votre profil informatique de la DGTIC. Il est possible d'accéder à ce profil en utilisant votre code permanent et votre UNIP. À partir du profil informatique, accessible par le biais du site Web de la DGTIC, vous pourrez obtenir un nom d'utilisateur et un mot de passe initial pour accéder au parc de modems et au courriel Magellan. Il sera ensuite nécessaire de changer ce mot de passe.


info
Information
Le parc de modems, le courriel Magellan et le réseau DIRO constituent trois services distincts. Votre nom d'usager et votre mot de passe initial seront identiques pour tous les services de la DGTIC, mais ils différeront dans le cas du DIRO. Le changement d'un mot de passe pour un service n'influence pas les autres. Il est possible de modifier votre mot de passe de tous les services de la DGTIC simultanément par le biais du profil informatique de la DGTIC, mais le mot de passe DIRO est indépendant de la DGTIC.


Avant d'effectuer le branchement, assurez-vous que votre modem est installé et configuré correctement sous le système d'exploitation à utiliser.


warning
Attention
Selon votre localité, des frais d'interurbain pourraient être imposés lors du branchement par ligne téléphonique.


6.3.7.1 Branchement en mode PPP

Cette connexion ne permet pas d'accéder à Internet en mode graphique, exception faite du domaine umontreal.ca. Pour accéder à un tout autre site Internet, utilisez une connexion SSH sur frontal et le navigateur en mode texte Lynx. Toutefois, cet accès est plutôt lent et il est recommandé de s'abonner à un fournisseur privé pour un usage plus intensif de l'Internet.

La procédure de connexion dépend du système d'exploitation utilisé et exige plusieurs manipulations. Sous Windows XP, accédez au Panneau de Configuration et double-cliquez sur l'icône Connexions réseau (figure 6.11). Voyez plus loin si vous utilisez une autre version de Windows.

netcon
Fig. 6.11 Connexions réseau de Windows XP

Cliquez sur Créer une nouvelle connexion, un assistant apparaîtra alors. Cliquez sur Suivant pour passer le premier écran explicatif puis sélectionnez Établir une connexion à Internet. À l'étape suivante, choisissez Configurer ma connexion manuellement. L'assistant vous demandera ensuite le nom du fournisseur Internet; spécifier Magellan, mais ce nom n'importe pas. Le numéro de téléphone sera ensuite demandé; indiquez 5143432411 (*70,5143432411 si vous êtes abonnés au service d'appel en attente). Ne spécifiez pas de nom d'utilisateur ni de mot de passe. La configuration initiale étant effectuée, une icône Magellan apparaîtra dans les Connexions réseau et pourra être utilisée pour toute connexion ultérieure. La figure 6.12 présente la fenêtre affichée lors du double-clic sur la connexion.

magcon
Fig. 6.12 Écran de connexion à Magellan par PPP

Sous Windows 2000, la procédure est très similaire tandis qu'elle diffère légèrement sous Windows 95/98/Me. Dans le second cas, vous devrez vous assurer que l'Accès réseau à distance est bien installé et y accéder en double-cliquant sur l'icône correspondante dans le Poste de travail. Les mêmes étapes de mise en 3#3uvre s'appliquent, mais les noms des options et paramètres diffèrent légèrement.


link
URL
La DGTIC constitue la source d'informations de référence au sujet du parc de modems
http://www.dgtic.umontreal.ca/html/pages/009.htm


Sous Linux, en supposant que PPP est installé dans votre noyau, ce qui est le cas avec la version RedHat 7.3, vous devrez tout d'abord devenir super-utilisateur (root) en utilisant la commande su ou en vous branchant sous le nom d'usager root. Éditez le fichier /etc/resolv.conf et ajoutez-y les deux lignes suivantes


 nameserver 132.204.2.103
nameserver 132.204.2.102


Démarrez ensuite minicom -s afin de configurer MiniCOM. Indiquez-lui l'emplacement de votre modem ainsi que ses paramètres. Considérons que le modem se trouve sur /dev/modem.

Lors de chaque branchement, exécutez la commande minicom pour faire apparaître le logiciel de communication. À l'intérieur de MiniCOM, tapez la commande ATDT5143432411 ou ATDT*70,5143432411 si vous êtes abonné à l'appel en attente, puis validez par [Entrée]. Le modem se mettra alors en fonction. Effectuez le branchement pour atteindre l'invite umnet34#34 puis tapez ppp default. Utilisez la touche [CTRL-A] puis [Q] afin de quitter MiniCOM sans réinitialiser le modem. Finalement, tapez /usr/sbin/pppd -d -detach /dev/modem.

Lorsque la connexion est établie, vous pouvez redevenir un utilisateur normal. Pour terminer la connexion, redevenez root et invoquez /etc/ppp/ppp-off.


link
URL
Pour en savoir plus sur la configuration de PPP, consultez le PPP HOWTO
http://www.tldp.org/



next up previous contents index
suivant: 6.4 Comment installer Linux chez soi monter: 6. Pour en savoir plus précédent: 6.2 Concepts avancés de UNIX   Table des matières   Index


Séminaire Unix
2006-01-11